Business Plan - Les valeurs de Prométhique

 

« J’ignore le temps qu’il faudra pour que l’humanité parvienne à éradiquer la misère… mais ceux qui veulent s’engager dans le « social business » n’ont pas besoin d’attendre. Vous pouvez agir dès maintenant, pas sur la société dans son ensemble mais sur un point particulier »

 

Muhammad Yunus

Prix Nobel de la Paix en 2006 et fondateur de la GRAMEEN BANK

 

 

 

Notre modèle économique actuel et beaucoup de théories qui tentent de le décrire reposent sur l’hypothèse que les individus veulent toujours poursuivre leurs propres intérêts et maximiser le profit.

 

Penser que l’être humain est égoïste et ne pense qu’à l’argent qu’il peut gagner est une vision fausse de la réalité. Même si certaines personnes fonctionnent effectivement de cette manière, d’autres peuvent se montrer altruistes et intégrer d’autres valeurs bien plus fondamentales dans leurs comportements. Le don, le partage, l’échange, le respect mutuel, le service à autrui, la protection de l’environnement, la rémunération équitable, le juste prix, l’égalité des chances et bien d’autres concepts similaires sont aussi les moteurs d’un autre type d’entreprise ou de tissu économique. Cette alternative est reprise sous le vocable de « social business ».

 

Rien n’est incompatible, nos mentalités doivent évoluer mais il arrivera sûrement un jour où nos enfants apprendront à l’université qu’il existe deux types d’entreprises. Les traditionnelles qui visent à créer des richesses pour leurs actionnaires ou propriétaires et les « social business » qui visent à améliorer le bien être de tout un chacun et à assurer un partage des richesses plus équitable.

 

Ce nouveau type d’entreprise a été véritablement identifié comme tel dans les années 1970 au Bengladesh, pays souffrant d’une pauvreté atroce. Après avoir sorti 42 personnes des mains d’usuriers avec 27 dollars, Muhammah YUNUS, Prix Nobel de la Paix en 2006, a créé la GRAMEEN BANK dont l’objectif était d’octroyer des crédits aux pauvres leur donnant ainsi une chance de construire leur avenir autrement. Ultérieurement, la banque en question a développé des collaborations pour créer des entreprises dont l’objectif n’était plus strictement le profit mais la lutte contre la pauvreté et l’amélioration des conditions de vie des défavorisés de notre société.

 

L’initiative de créer la coopérative citoyenne Prométhique s’inscrit pleinement dans ce courant économique novateur que constituent les « social business ».

Inspirés des actions qu’a menées ce Prix Nobel de la Paix, nous voulons que PROMETHIQUE puisse respecter les valeurs suivantes :

 

  1. La coopérative ne poursuivra aucun but de lucre en tant que telle, elle ne s’intéressera qu’à répondre à des besoins collectifs correspondant à des problèmes sociétaux et visera à améliorer le bien-être des personnes ;

  1. La coopérative mettra en œuvre des techniques de gestion correctes et éthiques en vue d’atteindre un autofinancement maximum de son fonctionnement ;

  2. Toutes les personnes impliquées dans la création et la future gestion de la coopérative sont totalement bénévoles et désintéressées ;

  1. Les coopérateurs ne recherchent pas le profit. Toutefois, si la coopérative s’avère dégager des bénéfices suffisants, une distribution de dividendes est possible dans la limite légale des 6 % du Conseil National des Coopératives sachant que priorité serait donnée au développement de nouveaux projets ;

  1. La coopérative sera respectueuse de l’environnement ;

  1. La coopérative sera respectueuse des personnes ;

  1. Outre son financement par fonds propres, la coopérative s’engage à ne recourir qu’à des formes de financements alternatifs et éthiques ;

  1. Toute implication dans la coopérative se fait avec spontanéité, confiance et sincérité.

 

 

 

Informations supplémentaires